La biomasse au service du développement de l’Haryana (Inde du Nord)

Voici une innovation qui devrait faire réfléchir ceux qui s’enferme dans des certitudes sur les réseaux électriques.

L’Haryana, état de l’Inde du Nord, a connu de graves pénuries d’électricité et des problèmes de réseau. Refusant de céder aux sirènes de ceux qui lui proposait nucléaire ou centrale à charbon, l’Etat s’est entouré d’industriels locaux pour développer les énergies renouvelables, et en particulier la biomasse issue de déchets agricole pour en stocker l’énergie.

La mesure la plus symbolique de cette stratégie est la signature par l’Etat d’un partenariat public-privé avec quatre acteurs privés, pour cinq centrales à biomasse, représentant un investissement de 30 millions d’Euros pour une puissance totale de 51 MW.

L’Etat a identifié le volume de ses déchets de biomasse non valorisés à plus de 8 millions de tonnes, soit un potentiel de 1000 MW, dont 600 MW de déchets de riz, 150 de paille de blé, 130 de paille de blé, 60 de résidus de coton. La biomasse ainsi produite est une énergie déconcentrée, diversifiée et décarbonée qui peut de plus être stockée pour entrer en synergie avec des énergies renouvelables. L’aspect éducatif n’est pas oublié, avec des expositions sur l’énergie, des conseillers énergie locaux et des récompenses financières des gouvernements locaux à hauteur de leur développement des énergies renouvelables.

Pour en savoir plus :

Share
Ce contenu a été publié dans Edition 591 - 06 novembre 2012, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.