Dépollution des océans : place aux drones

La situation actuelle de pollution des océans, notamment par les plastiques, nécessite outre une prévention à la source des moyens de remédiation très importants. Et représente donc à ce titre un gisement d’innovation essentiel. Rappelons que des résidus plastiques sont observés dans les oiseaux et les poissons tout autour de la planète, et il y a plus de 5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année dans les eaux de la planète. Outre le septième continent de plastique déjà présent dans le Pacifique, un amoncellement similaire a été constaté cette année dans l’Atlantique.

C’est pourquoi, souhaitant répondre à ce défi, Veolia a fait appel à un collectif de designers industriels pour proposer un drone à même de collecter les plastiques. Ce drone marin (puisque Marine Drone est son nom) est capable de collecter les plastiques sous-marins en plongée sur le fonds, et de remonter à la surface pour laisser collecter le produit de sa « pêche ». Le tout, en prévenant les poissons par infrasons afin de limiter les atteintes à l’écosystème. Le drone a été prévu pour être capable de collecter en groupe, avec une autonomie d’une quinzaine de jours, et de regagner une base arrière pour se délester de sa cargaison une fois l’opération effectuée.

Reste deux inconnues de taille : d’une part son coût en phase industrielle, d’autre part le mode de financement permettant de rendre viable une telle collecte, au vu de la quantité immense à collecter.

Pour en savoir plus :

Share
Ce contenu a été publié dans Edition 590 - 04 septembre 2012, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.