Le petit lait corse électrisé

La Corse est soumis à deux problèmes qui peuvent être l’un la solution de l’autre : d’une part, la Corse manque d’énergie (électrique notamment, s’entend), et d’autre part, les pollutions générées par les fromageries sont particulièrement difficiles à traiter.

Heureusement, un entrepreneur et un universitaire, André Mannoni et Jean-Luc Böhm, viennent de proposé un procédé utilisant le petit lait, en fait les effluents polluants de lait d’une fromagerie, pour en faire du biogaz, ensuite transformé en électricité. Le procédé est actuellement testé par la fromagerie « A Pecurella » d’Alata, à deux pas d’Ajaccio.

Avec 10 m3 d’effluents chaque jour, le procédé est capable de générer 580 kW sous forme de biogaz, qui peut soit chauffer localement sous forme d’énergie pour le chauffage ou le transport, soit générer de générer des revenus complémentaires de l’ordre de 7 000 à 12 000 euros. Des adaptations ont d’ores et déjà envisagés pour traiter les pollutions vinicoles ou autres résidus organiques.

Pour en savoir plus :

Share
Ce contenu a été publié dans Edition 588 - 15 mai 2012, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.